Tour Pise et Florence

Pisa:

Situé à une hauteur de m. 4 au-dessus du niveau de la mer, elle a une superficie de km². 187,1. Cette ville magnifique se trouve à une dizaine des KM de la mer sur le fleuve Arno. Aujourd’hui c’est un centre industriel et dans la province il faut se rappeler de Lardarello, connue pour ses soufflards, et Volterra, centre archéologique et du travail de l’alabastre , et d’autres nombreuses attractions touristiques. Elle est loin 13 km de la mer et elle a eu sa meilleure période du XI au XIII siècle. Les luttes internes continues ont porté en 1405 à sa soumission de la part de Florence. Seulement dans le 1500 la ville a retrouvé une période de vrai bienêtre, aussi grâce aux grand ducs de Toscana. C’est aussi le moment où Galileo Galilei commence ses recherches scientifiques. La ville a toujours été un centre culturel, dans le passé comme dans le présent, avec l’université fondée en 1343 et la très connue Ecole Normale Supérieure. Après l’annexion au Royaume d’Italie et la construction de la station, la ville a eu un énorme accroissement, renforcé par la naissance des nouvelles industries et l’agrandissement du centre universitaire.

Firenze:

La ville compte environ 375.000 habitants et sa spéciale position géographique, au centre d’une grande vallée contournée des montagnes, en font une des plus belles villes italiennes. La ville est traversée par le fleuve Arno, qui a toujours conditionné la vie des habitants de la ville. Une tragédie liée au fleuve qui a beaucoup touché l’Italie entière est l’inondation du 1966. Le 4 novembre de cette année le fleuve a débordé, en dévastant une grande partie du centre habité, en faisant 35 victimes et en détruisant une énorme patrimoine culturel. Cette tragédie a mis en mouvement une exemplaire solidarité au niveau national et international, qui surprend encore aujourd’hui. Dans le passé la ville a beaucoup influencé la culture italienne, l’Humanisme et la Renaissance ne sont que 2 exemples de la contribution de la ville au développement artistique, linguistique, culturel et politique d’une Italie en phase de construction identitaire. Une des figures plus connues du panorama littéraire mondial de Florence est Dante Alighieri. Dans la Moyen Age la ville est devenue un Commune libre et pendant le XIII siècle la elle a été ravagée par les luttes entre les guelfes et les gibelins. Pendant la Renaissance Florence a connu le gouvernement des Medici, une famille aristocratique qui a donné à l’identité de la ville et au développement des arts un grand impulse. Une des plus grandes figures de cette famille est surement Laurence le Magnifique (1449-1492). Récemment Florence a été capitale d’Italie en 1865, avant de céder la place définitivement à Rom. Aujourd’hui la ville a été visitée par des touristes qui viennent de chaque partie du monde grâce aux beautés artistiques qu’elle garde dans ses constructions historiques, comme la Galerie des Uffizi et Palazzo Pitti.

 

Le Tour aura le programme suivant:

 

1) La Place des Miracles:

La place du Dom de Pisa est connue universellement avec le nom de Place des Miracles. Ici on peut admirer les monuments qui forment le centre de la vie religieuse citoyenne et que Gabriele d’Annunzio a défini, pour leur beauté et originalité, miracles : la Cathédrale et le Baptistère, le Cimetière monumental et la Tour penchent. En 1987 la Place a été inclue par l’UNESCO entre les sites reconnues comme Patrimoines de l’Humanité. La Place, réservée au piétons et recouverte par un grand prairie, est devenu comme elle est aujourd’hui seulement dans le XIX siècle et surtout grâce au travail de l’architecte Alessandro Gherardesco, qui a restauré ses célèbres monuments. La Tour, le clocher plus connu du monde, doit son inclination au sol en lime de sable sur lequel se posent ses fondations, qui sont profondes seulement 3 mètres. Apres les travaux de renforcement effectués dans les années 90 du siècle passé la pendante s’est réduite de 40 cm et le monument a été ré ouvert au publique, même si avec des modalités d’accès plus limité que dans le passé.

2) La Place des Chevalier:

Elle était appelée dans le passé Place des 7 Rues, et était probablement l’ancien Forum de la Pisa romaine. De toutes les façons elle était le centre politique de la Pisa républicaine, et fut après transformée par Cosimo I de’ Medici en siège du nouveau ordre militaire des Chevaliers du Saint Stefan pour enlever à la ville tous les signes de son indépendance passée. Son aspect actuel est le fruit de la radicale restructuration des palais qui s’y trouvent par le grand architecte de Florence Giorgio Vasari à partir du 1562. Au centre de la place on trouve la statue de Cosimo I en veste de Grand Maitre de l’Ordre des Chevaliers bâtie par Pietro Francavilla en 1596 et une petite fontaine du même auteur. Derrière la statue il y a le Palais de la Caravane des Chevaliers, l’ancien Palais des Anciens du Peuple de la Pisa républicaine, transformé lui aussi par Vasari et complètement recouvert sur la façade par des graffites de la même époque et similaires, en technique et en sujets, à ces qui décorent certains palais de Via dei Mille et Ulisse Dini là à côté. Aujourd’hui le Palais est le siège de l’Ecole Normale Supérieure, une prestigieuse institution universitaire fondée par Napoléon sur le modèle de celle de Paris. Ici ont étudié par exemple le poète Giosué Carducci et le physicien Enrico Fermi. A la gauche de la place on voit le Palais de l’Horloge, construit comme infirmerie par les Chevaliers de l’Ordre du Saint Stefan en unifiant avec un passage supérieur deux tours de la famille des Contes de la Gherardesca. Dans l’une des 2 sont morts de famine le Conte Ugolino et les autres hommes de la famille soupçonnés de trahison, comme le rappelle aussi Dante Alighieri dans le XXXIII chapitre de l’Enfer.

3) L’Eglise de Santa Maria della Spina:

Cette petite église est un extraordinaire exemple du gothique de Pisa. Elle fut construit en 1230 sur le fleuve Arno et à côté du Ponte Novo, l’importante liaison entre les rues Santa Maria et Sant’Antonio. Le pont fut détruit pendant le XV siècle et jamais plus reconstruit. Cette à cause de cette position que l’église a pris le nom de « Santa Maria de Pontenovo », changé après en Santa Maria della Spina quand ( à partir du 1333) l’église a commencé à garder les reliques de la Passion de Christ : une des épines de la couronne de Jésus. En vérité aujourd’hui cette relique est gardé dans l’Eglise de Santa Chiara à Pisa. Le bâtiment, qui était en origine un petit oratoire formé d’une seule terrasse, fut agrandit en 1322. Grace à la marie de Pisa on a l’église qu’on voit aujourd’hui. Les travaux, projetés par l’architecte de Pisa Lupo di Francesco sont terminés environ après 50 ans. Du point de vue statique l’église a toujours été menacée, parce elle est trop proche du fleuve. C’est pour ça qu’elle a subi des nombreuses restaurations déjà depuis 1400 pour stabiliser et renforcer les structures architectoniques présentes. A signaler la manouvre du 1871, quand le bâtiment fut complètement décomposé et reconstruit environ un m plus en haut. Malheureusement en ce moment on a enlevé beaucoup de statues et on les a substitué avec des copies. Même la sacristie fut enlevée, en laissant le bâtiment comme il est aujourd’hui. L’église a une forme rectangulaire et à l’extérieur elle est complétement recouverte de marbre à deux couleurs. Sa particularité se sont ses élégants cuspides, les tympans et les tabernacles, tous décorés avec des marqueteries, des rosaces et des nombreuses statues, elles aussi malheureusement substituées aujourd’hui par des copies, alors que les originaux se trouvent au Musée National de San Matteo. La decoration fut realisée par des célèbres maitres du 1300 comme Lupo di Francesco, l’un des plus originaux élevés de Giovanni Pisano, qui fut très connu entre 1299 et 1336. Lupo di Francesco gérait à l’époque une grande atelier dans lequel travaillaient aussi ses 3 enfants « Cecco, Asinello e Ghiero ». Un autre décorateur fut Andrea Pisano, le successeur de Lupo di Francesco, qui fut aussi aidé par ses enfants Nino et Tommaso. Ce n’est pas certaine la participation aux travaux du grand Giovanni Pisano, celui qui a renouveler la sculpture gothique italienne, et de son élevé Giovanni Balduccio, même si 2 de leur sculptures apparaissent entre les décorations.

4) La Place Michelangelo:

Cette place fut réalisée par l’architecte Giuseppe Poggi dans les années 1865-1870 en qualité de rencontre des boulevards qui se trouvent de ce côté du fleuve Arno, entre la Porta romana et la Porta S. Niccolò. Au centre de la Place l’on trouve le monument de Michelangelo avec les reproductions en bronze de certaines de ses chef-d ’ouvres de Florence : le David et les statues sur les sépulcres de la nouvelle sacristie de San Lorenzo. Tout autour on voit la ville et les collines, une scène de rare beauté. D’ici, à travers des monumentales escaliers, on descende à la Porte San Niccolò, caractérisée par la haute et forte tour.

 

5) L’Eglise de Santa Croce:

Santa Croce c’est l’une des plus anciennes basiliques franciscaines et, par ses dimensions, l’une des plus magnifiques. A côté de l’église il y a le complexe conventuel avec ses 2 cloitres, le noviciat, la salle capitulaire – plus connue comme chapelle Pazzi, et le réfectoire, aujourd’hui destinée à siège du Musée, qui contient les grandes ouvres qui proviennent de l’église et des cloitres. Fondée en 1294 sur projet du grand architecte Arnolfo di Cambio, la basilique a vécu 7 siècles d’histoire, en augmentent son patrimoine artistique grâce à des contributions d’excellence, au point que elle est devenue l’un des endroits plus visités et aimés de Florence. Tout y est représenté au niveau plus haut : les fresques aux quelles travaillent Giotto, Maso di Banco, Taddeo Gaddi Giovanni da Milano, Agnolo Gaddi; les croix monumentales et les polyptyques, les merveilleuses vitraux du 1300 ; les structures architectoniques de la Renaissance de Michelozzo et Brunelleschi ; les inserts en sculpture du 1400, les ouvres des grands maitres de Florence comme Donatello, Antonio et Bernardo Rossellino, Desiderio da Settignano, Benedetto da Maiano. Plus tard, dans la deuxième moitié du XVI siècle, Santa Croce fut intéressée par un programme architectonique et iconographique inspiré aux principes de la Contreréforme qui a vu la construction de gros autels avec les fresque des plus grands maitres du temps. Mais c’est seulement la réalisation du tombeau de Michelangelo qui a confirmé la vocation de la basilique à garder les « urnes des forts » et à devenir le Panthéon des gloires italiennes. Même la place de Santa Croce est un lieu de la vie citoyenne, important pour son histoire et encore aujourd’hui siège des manifestations publiques et de ri évocations historiques comme le foot en costume. Pendant le 1800 à côté des sépulcres célébrés par Ugo Foscolo, on commence a trouver aussi les tombeaux des privés, surtout dans le cloitre, en s’inspirent à la nostalgie romantique des amours perdus. Pendant le XIX siècle fut réalisée la façade, élevé le clocher et posé sur la place le monument de Dante Alighieri.

Info: Cliquez ici!

6) La Place de la République:

Cette place a une forme à ellipse et elle est construite sur un lieu qui était le Vieux Marché dans la Moyen Age et le Forum de la ville à l’époque romaine. Des nombreux changements qu’on y a fait pendant les siècles, ceux de la période 1885-1895 constituent un grave erreur, parce que ils ont détruit le vieux marché. Dans la Place de la République on trouve le monument de Vittorio Emanuele II de Emilio Zocchi. L’unique chose qui reste après l’intervention du XIX siècle est la Colonne de l’Abondance, érigée en 1431 par Donatello. Elle fut bâtie exactement au milieu de la ville romaine et elle a toujours été considérée le centre de la ville. Au côté nord il y a le palais de la nouvelle Renaissance réalisé par Giuseppe Boccini, qui est le siège de la Fondiaria Assicurazioni depuis 1893. Juste en face on voit le bâtiment construit par Torquato del Lungo ; il se trouve précisément à la place du monument à Vittorio Emanuele qu’on a cité ( et qui a été bougé en 1932) et sur les cendres de la tour des Caponsacchi et du Palais des Amieri. A est il y a l’Hotel Savoy, réalisé par Micheli Vincenzo et déjà projeté pour être un grand Hotel, et le Palais du Triathlon de Luigi Buonamici. La dernière intervention à la Place de la Republique a eu lieu dans les années ’50, avec la collocation de la colonne de l’Abondance avec sa copie de la sculpture allégorique réalisée par Foggini en 1721 pour substituer une ouvre de Donatello qui était désormais détériorée irréparablement.

 

7) Le Baptistère et la Cathédrale Santa Maria del Fiore:

L’église de Santa Maria del Fiore3 de Florence (mieux connue comme le Dom) est le résultat d’un projet architectonique étudié par Arnolfo di Cambio et commencé en 1296. La coupole du Dom est une ouvre de Brunelleschi, alors que la façade a été terminée à la fin du XVII siècle. Cette coupole ( à forme octogonale, 46m de diamètre à la base, 114,5m de hauteur) fut construite sans utiliser les soutiens pour les arcs, mais en utilisant une technique étudiée dans les détails par Brunelleschi, qui a dû lutter contre le scepticisme de ses citoyens. L’objectif du projet était de rendre plus légère la grande structure et utiliser des sophistiques techniques mathématiques et des machines innovatrices pour sa construction. En fait il a gagné le concours lancé en 1418, mais on lui a mis à coté un autre : Ghiberti. Brunelleschi n’a pas apprécié et il a menacé de déchirer son projet, mais après il a mis Ghiberti à la preuve, en lui cèdent ses études. Ghiberti alors s’est rendu, en admettent son incapacité de comprendre les écritures de Brunelleschi. Tout donc est revenu à son propriétaire, qui en a commencé la construction : c’était l’année 1420.

Info: Cliquez ici!

8) La Place della Signoria et le Ponte Vecchio:

Située dans le centre historique, la Place della Signoria a toujours été le centre politique de la vie civile de Florence. Elle est joignable à pieds en 10 minutes de la gare de Santa Maria Novella et elle est annexée aux Uffizi, au Ponte et au Palis Vecchio. Après des nombreuses transformations (1560-1580) elle est devenue comme elle est aujourd’hui : un grand espace corrélé des différents sculptures et palais. Au milieu il y a le monument équestre de Cosimo I ( de Giambologna en bronze ; 1598) et la Fontaine de la Place ou de Neptune de Bartolomeo Ammannati et Giambologna du 1575 érigée à côté du Palazzo Vecchio en occasion de la construction d’un nouveau aqueduc. A gauche de l’escalier du palais on trouve la sculpture qui représente Marzocco ( une copie, l’originale de Donatello est abrite dans le Museo del Bargello) et un lion héraldique avec le symbole de Florence pour l’habitude, pendant l’âge républicaine, de garder les lion en captivité dans le palais.A droite on trouve des copies en bronze de Giuditta et Oloferne, le David de Michelangelo (toujours une copie, l’original est gardé dans la Galerie de l’Academie) et le groupe en marbre de Hercules et Caco di Baccio Bandinelli. Beaucoup de sculptures sont aussi exposées dans la Loggia della Signoria ( aussi dite dei Lanzi), une loge construite en 1382 à gauche de la place, à côté de Palazzo Vecchio. Parmi les sculptures les plus importantes on peut citer les Virtue Théologales et Cardinales, la Résistance de Jean, la Tempérance , la Justice, la Prudence, la Fois et l’Amour. Mais surement la sculpture la plus connue est le Perseo de Benvenuto Cellini, le heroe grec mythique qui montre la tete de Medusa qu’il venait de tuer. A la droite du palais il y a l’arcade avec l’enlevement des Sabines, un ensemble en marbre realisé par Giambologna en 1853. Ponte Vecchio: Ce pont est un des symboles de Florence, et il est le plus ancien de la ville. Sa structure remonte au 1300, mais le premier pont ( le romain) fut bâti le I siècle A.J. sur le point sur lequel le fleuve Arno était plus serré. Il semble assez certain que tout autour de ce pont se soi développée la colonie romaine de Florentia. Pendant les siècles Ponte Vecchio a abrité d’abord les ateliers des tanneurs et après ceux des bouchers et des vendeurs de légumes. Vers 1495 les ateliers ont été occupés par les vendeurs de bijoux, et ils sont encore là. Très suggestive le panorama qui s’offre à la vue de deux côté des arcades. Sur le pont s’étend le Corridoio Vasariano, un couloir qui lie Palazzo Pitti à la Galerie des Uffizi. C’est probablement seulement par chance que ce pont est l’unique de Florence que les Allemands ont laissé debout pendant leur retraite en 1944.

9) Le Musée des Uffizi:

La Galerie des Uffizi de Florence est l’un des plus connue Musées au monde. Grace à ses extraordinaires collections de peintures et de statues anciennes, elle est la principale attraction touristique de Florence. Le Musée abrite un grand patrimoine artistique qui comprend des milieux de peinture, de la Moyen Age jusqu’à l’âge moderne, nombreuses sculptures anciennes et miniatures. Ses collections du 1300 et de la Renaissance contiennent des chef-d’œuvre absolus. Parmi les artistes qui avec leurs ouvres ont contribué à faire devenir ainsi précieuse la Galerie des Uffizi on peut citer Giotto, Simone Martini, Beato Angelico, Piero della Francesca, Botticelli, Filippo Lippi, Mantegna, Correggio, Raffaello, Michelangelo, Leonardo, Caravaggio. A l’interieur on trouve aussi les ouvres d’artistes allemands, hollandais et flamants. Entre eux : Dorer, Rembrandt, Rubens. La Galerie est située au dernier étage d’un grand batiment construit dans le XVI siecle par Giorgio Vasari. Au debut le palais était destiné aux bureaux administratives et judiciaires ( les Uffizi) de l’Etat de Florence. Il fut realisé par volonté du grand-duc Francesco I et arrichi grace à la contribution de la famille Medici. Successivement la Galerie fut agrandie avec la dinastie des Lorena. C’est Vasari meme qui a construit une galerie aerienne la quel, en passant sur le Ponte VEcchio et l’église Santa Felicita, lie la Galerie avec la nouvelle residence des Medici de Palazzo Pitti et termine dans le jardin de Boboli. Ce Corridoio Vasariano est un couloir suspendu realisé en 1565 dans lequel sont exposés des importantes collections de peintures du 1600, la Collection Contini Bonacossi, le Gabinetto Disegni et les Stampe degli Uffizi.

Info: Cliquez ici!

* Ce tour dure environ 8 heures, donc il est idéal pour le passagers des croisières qui arrivent au port de Livorno ( qui seront prélevés et ramenés directement au bateau), ou bien d’autres lieux à concordé. On part vers 8.30-09.00 et on rentre vers 17.00-17.30.

Le tour aura le programme suivant:

1) Les clients seront cherchés directement à la sortie du bateau ( donc sans qu’ils prennent le service shuttle du port ) où dans le lieu qu’on aura concordé.

Pisa:

2) La Place des Miracles

3) La Place des Chevaliers

4) L’Eglise Santa Maria della Spina

Florence:

5) La Place Michelangelo

6) L’Eglise de Santa Croce

7) La Place de la République

8) Le Baptistère et la Cathédrale Santa Maria del Fiore.

9) La Place de la Signoria et le Ponte Vecchio

10) Le Musée des Uffizi.

 

 

Du port de Livourne:

1-4 personnes = 400 €
5-8 personnes = 480 €

 

Du port de La Spezia:

1-3 personnes = 480 €
4-8 personnes = 520 €